top of page

A110 1800 Gr. IV "RALLYE ALPINE AUTRICHIENNE 1973"

Dernière mise à jour : 24 juil. 2023

VOITURE USINE


 

HISTOIRE

 

RALLYE FIA COUPE DU MONDE 1973


Quelle: Renault Revue 1973


LES CAVALIERS BLEUS


Pour la première fois en 1973, un Championnat du Monde des Rallyes voyait le jour sous l´impulsion de la FIA et notamment sous la pression de FIAT et Alpine-Renault. Jacques Cheinisse, directeur sportif chez Alpine, avait réuni un cercle de pilotes français dans l´intention de conquérir le monde des Rallyes avec ses Berlinettes.

Sur les 13 tests, Renault-Alpine en maîtrisa 10 avec ses Berlinettes. Bernard Darniche, Jean-Luc Thérier ainsi que Jean-Pierre Nicolas étaient au volant. Soutenus par Jean-François Piot, Jean-Claude Andruet et Ove Andersson. Le spectacle devait commencer en janvier avec le Rallye de Monté-Carlo, suivi du Rallye de la Suède, du Rallye Safari en Afrique de l´Est, du Rallye Acropole, du tour des Alpes Autrichiennes et du Rallye RAC en Grande-Bretagne, pour n´en citer que quelques-uns.

Un total de 17 véhicules d´usine préparés par Alpine-Renault en 1973 et envoyés sur les pistes afin de remporter le premier Championnat du Monde des constructeurs de véhicules de Rallyes.

Le véhicule, alors immatriculé en France sous le numéro 9846HL76, était l´un des 17 véhicules avec lequel Jean-Luc Thérier et Jean-Pierre Nicolas se battront pour remporter la coupe du Championnat du Monde des Rallyes.

Au final, les efforts de Renault-Alpine ont été couronnés de succès. L´armada d´Alpine remporta 6 des 10 Rallyes loin devant la concurrence et ses pilotes ramenèrent la coupe en France.


 

RALLYE FIA COUPE DU MONDE 1973

RALLYE POLOGNE 1973

12.-15. JUILLET 1973


XXXIII RAJD POLSKI


Le Rallye de Pologne de 1973 est entré dans l´histoire comme étant l´un des Rallyes WRC les plus difficiles. Sur 62 voitures au départ, seules 3 arrivèrent dans les temps. La vitesse moyenne sur route entre les épreuves spéciales était parfois supérieure à 120km/h. Le parcours de 3 912 km, comptant 55 épreuves spéciales de 734 km, était particulièrement difficile. Le Rallye s´est déroulé peu de temps après de grandes inondations. De nombreuses routes étaient fermées ou gravement endommagées obligeant les voitures et les pilotes à faire des miracles pour rester dans les temps impartis. Six voitures ont atteint l´arrivée mais seulement trois dans la limite du temps donné. Achim Warmbold s´imposa avec une avance de 2 heures 47 minutes devant la deuxième voiture.

Source: SLOWLYSIDEWAYS







Jean-Luc Theriér


Peu de coureurs ont été traités avec autant de respect par leur adversaires et encore moins ont été aussi populaires que Jean-Luc Thérier. Il était l´un de ces pilotes qui ont prospéré et grandi dans le giron de la grande équipe Alpine-Renault qui dominait ce sport au début des années 1970. Au volant de sa Berlinette, il a toujours été le pilote le plus spectaculaire. Il aimait les survirages, détestait les entraînements fréquents et croyait que la conduite devait être avant tout un amusement.

Un funambule qui faisait de l´improvisation un jeu d´enfant. Thérier était aussi à l´aise sur la piste que sur la neige ou sur l´asphalte, terrain de prédilection des pilotes de Rallyes français. Il en fournit la preuve en 1970 quand, à 25 ans, il remporta coup sur coup le Rallye de San Remo et le Rallye de l´Acropole. Il était l´une des stars de l´équipe des “3 mousquetaires” qui remporta en 73 le Championnat du Monde des marques pour Alpine-Renault.

S´il y avait eu un classement des pilotes à l´époque, il serait sûrement devenu le premier Champion du Monde de l´histoire des Rallyes.

Copain sympathique, drôle et charmant, gourmand et fêtard, Thérier est longtemps resté fidèle à Renault avant d´avoir un temps de malchance chez Toyota à la fin des années 70. Alors qu´il avait restauré sa réputation en France et qu´un retour en Coupe du Monde se profilait à l´horizon, le destin le freina encore une fois. Il s´apprêtait à prendre la tête du Rallye Paris-Dakar dans une petite Citroën visa 1000 Pistes, lorsque sa voiture fit un looping. Grièvement blessé, un de ses bras restera complètement paralysé. C´était en 1985, il n´avait pas encore 40 ans. Il ne se remettra jamais des conséquences de l´accident, que se soit physiquement ou mentalement. Il est mort un 31 Juillet 2019 chez lui à Neuchâtel-en-Bray à l´ âge de 73 ans.



© Grzegorz Chyla, András Fekete


COMBAT DE BOUE

Jean-Luc Thérier domina la saison 1973, remportant la moitié de toutes les victoires de chez Alpine.

Avec un énorme talent et sans beaucoup d´entraînement, il a dominé la compétition sur tous les terrains avec son style de conduite si spectaculaire.

Il a longtemps occupé la deuxième place derrière Warmbold et à cause de la fatigue, il laissa Mahé prendre le départ d´une spéciale sur la 50ième étape d´évaluation. Sur les 6 dernières spéciales, il se ressaisira et fera le maximum pour arriver avec plus de 30 minutes d´avance sur Warmbold. Mais malheureusement une disqualification attendait l´équipe Thérier/Mahé.


„VOUS NE POUVEZ PAS FAIRE DE SAFARI ICI, LA POLOGNE N´EST PAS L´ AFRIQUE“


L´un des 17 véhicules préparés par Alpine-Renault pour le Championnat du Monde des Rallyes en 1973, immatriculé 9846HL765, devait être en course pour la première fois lors du 7ième test du Rallye de Pologne. La Régie Renault présenta la A110 en bleu clair et autres couleurs pour briller sur les pistes.

Jean.Luc Thérier et Alain Mahé ont inauguré la 9846HL76, sans savoir qu´ils allaient participer au Rallye le plus difficile que l´Europe ait connu depuis longtemps. Le Rallye de Pologne est entré dans l´histoire des Rallyes du Championnat du Monde à cause de son organisation chaotique et de son parcours brutal.


 

FIA RALLYE DU CHAMPIONNAT DU MONDE 1973

RALLYE DANS LES ALPES AUTRICHIENNES 1973

12.-16. SEPTEMBRE 1973



La course dans les Alpes Autrichienne en 1973 faisait partie du Championnat du Monde des Rallyes. On pourrait penser que le Rallye a eu lieu en montagne mais il n´en fut pas ainsi. Il s´est déroulé à 26 km au sud de Vienne près de Baden. Le Rallye comprenait 31 épreuves spéciales d´une distance de 324,5 km.


Seulement 2 Berlinettes avaient été préparées pour cette course – Thérier demanda un break car il voulait faire le Tour de France. Bernard Darniche et Alain Mahé concouraient avec la 6996HM76 qui portait le numéro de départ numéro 2. La 9846HL76 avec pour numéro de départ le 11, était occupée par Jean-Pierre Nicolas et son propriétaire Michel Vial.



©McKlein


Jean Pierre Nicolas

A l´âge de 23 ans, il obtint un contrat de pilote d´usine chez Alpine-Renault. Il fut dès lors un des “ 3 mousquetaires” qui devait aider Alpine-Renault à remporter le Championnat du Monde en 1973. Après une 2ième place au Rallye TAP au Portugal, il remporta le mythique Tour de Corse en 1973.

Jean-Pierre Nicolas a grandi dans le milieu, avec un père possédant un garage et pilotant occasionnellement en Rallye pour l´usine Renault. Il avait à peine atteint l´âge minimum requis lorsqu´il s´assit sur le siège passager de son père. Et à 19 ans, il conduira pour la première fois un prototype Renault 8 sur le Liège-Sofia-Liège. Après celà, il eu la chance de pouvoir rejoindre l´équipe de Jacques Cheinisse auprès de Thérier, Andruet et d´autres. Cheinisse avait un besoin urgent de pilotes, de préférence français, et faisait confiance aux talents de cette jeunesse. A pas tout à fait 23 ans, Nicolas signa son premier contrat en tant que pilote d´usine chez Alpine-Renault.


Le sudiste exubérant a longtemps été considéré comme le dernier recours de cette équipe française.

Il n´était peut-être pas aussi sprinteur que ses coéquipiers, mais a toujours compté à une époque où l´endurance représentait encore quelque chose en Rallye. Il gagna au Portugal et au Maroc.

Comme Thérier, Nicolas paya au prix fort sa loyauté à Renault. Il dut attendre jusqu´en 1978, pour laisser une impression durable mais le fit d´une manière impressionnante. Il remporta la même année le Rallye de Monté-Carlo, le Rallye Safari et celui de la Côte d´Ivoire. Il termina sa carrière de pilote de compétition chez Peugeot au volant d´une 205T16, voiture du groupe B. En 1985, il reprit le Service Sport Clients chez Peugeot et s´investit pleinement depuis à ramener Peugeot au plus haut niveau en Rallyes.


©McKlein


©McKlein


Querelles et Protestastions

Après Le Rallye de Pologne, la 9846HL76, a fait l´objet d´une révision technique complète. Elle reçut un moteur Mignotet Nr. MS 19 nouvellement révisé. Ce moteur avait déjà été utilisé pour les Rallyes de Monté-Carlo et du TAP dans un véhicule similaire. Il avait également obtenu un filtre à air spécial pour alimenter l´air d´admission de l´intérieur du véhicule vers l´unité d´entraînement. Une légère protection anti-encastrement du Rallye de l´Acropole faisait également partie de la révision.

Après toutes sortes de querelles et de protestations concernant Jacques Cheinisse, directeur des courses chez Alpine, Jean-Pierre Nicolas amena la 9846HL76 à la 5ième place du général. Bernard Darniche gagna au final grace à son Alpine avec un écart ridicule de 1,1 seconde sur la Saab de Per Eklung qui était auparavant loin en tête.




 


RETURN TO THE ALPS 2014



 

RALLYE FIA CHAMPIONNAT DU MOND 1973

RAC RALLYE 1973

17.-21.NOVEMBRE 1973



RALLYE DE GRANDE-BRETAGNE


La raison principale de la popularité du Rallye RAC, tenait au fait qu´il attirait plus de participants étrangers que tout autre événement de sport automobile dans le monde. Le réseau routier à travers les forêts domaniales, les routes aux courbes qui suggèrent qu´elles étaient destinées aux voitures de Rallyes plutôt qu´aux camions, sont idéales pour ce sport. Même si des événements exotiques comme le Safari sont attrayants, les amateurs et les professionnels plaçaient invariablement ce Rallye RAC en tête de leur priorité.


Il y a environ 10 ans, le spectacle exaltant des meilleurs pilotes du monde montrant leur compétences sur les chemins de terre, était regardé uniquement par des passionnés purs et durs. C´est aujourd´hui un événement qui attire plus de spectateurs que tout autre événement sportif.

Sur le plan organisationnel, il ne peut être comparé aux Rallyes du Maroc, de celui des Alpes Autrichiennes, de celui des 1000 Lacs, mais il s´améliore.










RIEN NE VA PLUS


Après la présentation de la 9846HL76 au Salon de l´Automobile à Paris en octobre 1973, Jacques Cheinisse l´envoya avec la 2462HN76 dans la paisible petite ville de York en Grande-Bretagne pour participer au RAC Rallye.

Jean-Luc Thérier pensait avoir tout sous contrôle avec le Nr.3 de départ, mais l´Angleterre n´offrit pas de terrain favorable aux Renault. Des faiblesses mécaniques obligèrent Alpine-Renault à revoir ses ambitions à la baisse. Pour Thérier, l´histoire du Rallye RAC peut donc se raconter rapidement. À cause de la casse de l´entraînement du distributeur, il dut garer sa Berlinette prématurément alors que la course s´annoncait prometteuse et il se classa 5ième au général avec sa 2462HN76.


©McKlein

©McKlein,


 

SECONDE VIE EN HONGRIE

 

Attila Ferjáncz

Attila Ferjáncz (12 Juillet 1946- 23 avril 2016) était un pilote de Rallye Hongrois. Il remporta le Championnat Hongrois des Rallyes de 1976 à 1982 et 1985 et 1990.

“En Hongrie, cette Alpine nommée “Bad Frog” était parfois dangereuse à conduire. Malheureusement, je l´ai eu bien trop tard pour pouvoir rivaliser avec Roser et Thérier. Lorsque Roser a remporté Munich-Vienne-Budapest en 1969 avec sa Berlinette, nous roulions encore en R8 Gordini”.



© István Falus


© András Fekete


DERRIÈRE LE RIDEAU DE FER

Patrick Landon, responsable des Pays de l´Est chez Renault, a vendu la 9846HL76 à la Hongrie le 26 mars 1974. C´est là qu´elle a commencé sa seconde vie et qu´elle est restée l´une des rares voitures de l´usine à quitter la France à l´époque. Dès lors, elle a porté le numéro d´enregistrement AU-7683 et a appartenu à la “Team Volan”, grande entreprise de transport hongrois. Attila Ferjáncs, incontournable dans le Bloc de l´Est, remportera de nombreuses victoires avec elle. Il était déjà

champion hongrois des Rallyes en 1968 et 1969 au volant d´une R8 Gordini.


Comparée aux voitures de Rallyes courantes dans le Bloc de l´Est, Lada, Skoda ou Wartburg, cette Berlinette française semblait presque venue d´une autre planète. C´est en avril 1974 que Attila Ferjáncs se glissa pour la première fois dans le cockpit étroit de l´Alpine.


 

7ième Rallye de l´Ile d´Elbe 1974

18. – 20. AVRIL 1974


DÉBUT DU RALLYE EN ITALIE

Des ennuis avec le circuit électrique et un démarreur défectueux ont causé des problèmes au Rallye d´Elbe en 1974 et il fallut faire appel aux services de Berti Dino. Au final, l´équipe Ferjáncs-Zsembery termina pour ses débuts en Alpine, à une respectable 14ième place au classement général.









© Antonio Biasioli, András Fekete, Actualfoto IT



SOEURS DANS LE CRIME

Sur la photo à gauche de l´AU-7683 (Nr.9) la Berlinette 1800Gr.IV (Nr 12) des frères Takov de Bulgarie. Les deux seules Berlinettes d´usine 1800 livrées au Bloc de l´Est par le département course d´Alpine qui ont enrichi la scène du Rallye au-delà du rideau de fer. Ces deux véhicules trouveront 40 ans plus tard, leur chemin vers l´Allemagne et renaîtront chez alpineLAB.




FULL HOUSE

L'intérêt des spectateurs pour le rassemblement dans le bloc de l'Est était écrasant au début des années 1970, comme le confirme de manière impressionnante cet enregistrement. De nombreux spectateurs ont voulu apercevoir les voitures qui défilaient et se sont bousculés pour les meilleures places au bord de la piste ou dans les tribunes et parkings adjacents.

© Robert Szombati, Nikolay Krazalev


 

MÉTARMORPHOSE

Un chapitre sombre commence pour l´Apine chargée d´histoire alors qu´elle n´était plus compétitive sur les pistes de Rallyes. À la fin des années 70, la AU-7683 quitta la scène des Rallyes pour être conduite par une poignée de corsaires dans des courses de côtes.

Quant à l´ancienne 9846HL76, elle tombera entre les mains d´un ex-mécanicien de l´équipe VOLAN, qui la modifiera massivement. Passée aux mains de différents propriétaires, l´apparence de celle-ci changera et subira une véritable métamorphose.



 

SEARCH AND RESCUE

 

TROUVAILLE DANS UN DÉPOTOIR

JUILLET 2008


SALUT

Bien que la vente de la 9846HL76 à la Hongrie en mars 1974 n´est pas été un secret pour les initiés, le véhicule a longtemps été considéré comme perdu – il a même été suspecté dans diverses publications d´être en Allemagne. Alors qu´il était resté en Hongrie pendant de nombreuses années et a vécu une existence misérable dans l´arrière-cour d´un dépotoir pendant de nombreuses années. Un ancien mécanien de l´équipe VOLAN avait repris le véhicule alors qu´il n´était plus compétitif sur les pistes de Rallyes du Bloc de l´Est.

L´ancienne 9846HL76 connut grâce à lui une véritable métamorphose et subit toutes sortes de modifications techniques et optiques. Elle n´appartenait plus au propriétaire de l´époque lorsque j´ai mis un terme à sa misérable existence. C´est en Hongrie que je l´ai achetée, puis acheminée vers l´Allemagne. – toutes les publications incorrectes depuis lors peuvent être maintenant corrigées.




IDENDITÉ DE LA BELLE

Découverte sous une épaisse couche de terre, les combinaisons magiques des nombres se dévoilent. Bingo ! Les numéros identifient cette Berlinette comme étant une véritable voiture d´usine.



 

BLOOD SWEAT AND TEARS

 

DÉMONTAGE

OCTOBRE 2008


INCOGNITO

Lorsque j´ai découvert la 9846HL76 en Hongrie, rien à première vue ne donnait d´informations la concernant. Désespérément modifiée, vêtue des couleurs nationales hongroises, seules les plaques signalétiques, cachées sous une épaisse couche de terre, donnaient une certitude sur son origine et son histoire.

Pendant des années, elle était derrière le rideau de fer en mode incognito, cachant son vrai visage derrière des spoilers et d´innombrables couches de peinture. La substance du véhicule était nettement pire que la première impression suggérée. Les découvertes faites lors du démontage ne laissaient aucun doute sur le fait que cette Berlinette avait sévèrement souffert lors des Rallyes. Je découvrais de nombreux détails et particularités d´une Alpine d´usine. Détails que je n´avais jamais vu auparavant. Tous réalisés par les mécaniciens du département sport automobile du SERVICE COURSES.